Voyager dans l’histoire culturelle russe avec Molotov


Carrefour est-ouest, le blog de Gérard Delaloye

S’il est un nom peu chargé de résonnance poétique, c’est bien celui de Molotov – encore que ses cocktails, suivant les circonstances, ne manquent pas de charme. Bras droit de Staline pendant des décennies, signataire en été 1939 du sinistre pacte germano-soviétique, animateur après le XXe Congrès du PCUS (1956) du « groupe antiparti » refusant la déstalinisation, il n’a rien pour attirer la sympathie. A une époque – désormais bien lointaine – où je m’intéressais à l’URSS et à ses dirigeants, j’avais enregistré à propos de sa biographie un détail qui se ficha dans un coin de ma mémoire. Après la mort de Staline, la femme de Molotov avait été libérée du goulag et avait tout naturellement repris sa place dans le lit conjugal. Le numéro 2 du régime, homme fort s’il en fut, n’avait pu empêcher l’arrestation de sa femme et avait même poursuivi ses activités comme si de rien…

View original post 1.038 altre parole

Rispondi

Inserisci i tuoi dati qui sotto o clicca su un'icona per effettuare l'accesso:

Logo WordPress.com

Stai commentando usando il tuo account WordPress.com. Chiudi sessione / Modifica )

Foto Twitter

Stai commentando usando il tuo account Twitter. Chiudi sessione / Modifica )

Foto di Facebook

Stai commentando usando il tuo account Facebook. Chiudi sessione / Modifica )

Google+ photo

Stai commentando usando il tuo account Google+. Chiudi sessione / Modifica )

Connessione a %s...